Ecrire à partir d’une matière que nous connaîtrions tous – l’occasion d’un projet, de la réalisation d’un objet de théâtre polymorphe. C’est ainsi qu’arriva la fameuse série télévisée : Dallas.

Comme nombre de gens de ma génération, je ne connaissais pas vraiment cette série, je ne l’ai (je crois) jamais regardée, mais (phénomène étrange) je connaissais parfaitement le nom des protagonistes, la musique du générique et la trame globale. Aussi mince soit-elle, Dallas occupait une place dans mon imaginaire sans que je ne l’y aie, à aucun moment, conviée. C’est aussi le cas de tous mes amis qui appartiennent à ma génération…

La démarche de création

Elle naît de cette intuition, mais est aussi la cause d’une réflexion engagée autour de « l’imaginaire collectif ».Notre Dallas sʼinscrit dans un projet global de rassemblement et de rencontres avec les publics : lectures, ateliers, sondages, film et spectacles en plusieurs étapes et différents lieux participèrent à la création artistique de ce dernier.

Argument

Notre Dallas raconte les enjeux de la famille face à lʼavidité du pouvoir. La bataille des frères ennemis. Lʼédification individuelle face à la collectivité. Lucy ou Cassandre? Bobby ou Etéocle ? Miss Ellie ou Clytemnestre ? Les personnages de la saga familiale, archétypes fonctionnels tout dʼabord, se teintent peu à peu de toute la complexité des rapports humains dans un retour aux sources du théâtre jusquʼà prendre les traits dʼune tragédie qui ne sʼaccomplirait pas.Travail de recherche effectuée Après un an de travail de recherche et dʼécriture, sont apparues les pistes formelles qui ont fait le spectacle aujourdʼhui. Elles sʼappuient sur la fable, cherchant à la « raconter », tout en exprimant un point de vue singulier par la forme et de la manière suivante:

• Présence dʼun choeur écrit sur le modèle attique (traité ici de manière radiophonique).

• Différents « genres » et « registres de jeu » abordés qui se développent tout le long de la pièce.

• Prise en charge dʼun orchestre interprété « en live » par les acteurs sur le plateau.

Note de Scénographie

Un « studio dʼenregistrement de radio communautaire des années 50 est scéniquement représenté. Il est le lieu physique dʼoù sʼenvole lʼimaginaire théâtral. Ainsi, lʼorchestre du studio devient soudain « lʼorchestre du barbecue », quatre chaises suffisent à symboliser le ranch… Le travail précis dʼécriture par la lumière de Yann Loric favorise les métamorphoses de lʼespace.


Ecriture/mise-en-scène : Charles-Eric Petit
Jeu: Thomas Cérisola,Guillaume Clausse,Roxane Cleyet-Merle,Tonin Palazzoto,Elisa Voisin
Assistant mise-en-scène et créateur lumière: Yann Loric
Régie Lumière: Emilie Chomel
Régie son : Jean Bourgeois

> Télécharger le dossier d’information (voir dossier)

Coproduction Compagnie l’Individu, Théâtre des Bernardines / Marseille, Théâtre Mac-Nab / Vierzon, Compagnie Chatôt-Vouyoucas Théâtre Gyptis / Marseille, le 3bisF / Aix-en-Provence, région PACA, ville de Marseille, conseil général des Bouches-du-Rhône.
En partenariat avec La Chartreuse centre national des écriture contemporaine / Villeneuve-lez-Avignon et La Tannerie / Barjols pour les résidences de création. Avec le soutien de la librairie Histoire l’œil, Radio Grenouille, et du Théâtre des Argonautes à Marseille.

Vous pouvez découvrir et lire l’intégralité de ce texte en cliquant sur l’onglet « en écriture ».