L’histoire / La pièce

Hélène, Franck, Auguste et Guillaume sont quatre amis trentenaires. Livrés à leurs débordements, ils décident de partir quelques jours à la montagne afin de tenter quelque expérience pour réguler leurs émois.
Par delà l’autofiction (écriture qui se réfère au réel des acteurs), on retrouve dans cette trame une variante de celle proposée par Shakespeare dans Le Songe d’une Nuit d’Eté : depuis 2011, la compagnie travaille à partir de cette pièce comme oeuvre de référence aux projets qu’elle engage ; Le Quadrille amoché s’inspire du quadrille amoureux et des artisans du Songe d’une Nuit d’Eté.
Un synopsis de comédie de moeurs, la mise en abyme du théâtre comme procédé et comme thème sur lequel se déploie celui de la métamorphose, des métamorphoses.
Une écriture rythmée, par moments proche du vaudeville, principalement portée par les acteurs/personnages.

Écriture / Mise en scène

« Totus mundus agit histrionem » pouvait-on lire sur le fronton du Théâtre du Globe de 1599 à 1644. Le monde entier fait l’acteur.
Mais quelle épigraphe Shakespeare apposerait-il sur son théâtre aujourd’hui?

L’autoreprésentation s’est bel et bien étendue des planches vers la grande scène cathodique ; elle investit aussi désormais la scène numérique et son public Internet (youtube, facebook…) C’est dans ce contexte « d’époque virtuelle », où chacun peut devenir sa propre star, que nos quatre artisans/campeurs décident de partir trouver un nouvel espace ; un espace vierge où il ne passe aucun réseau. Ils tentent de transformer leurs vies par l’expérience du théâtre, comme s’ils décidaient soudain de se projeter à l’intérieur de leur fond d’écran…
La spécificité de ce travail est d’écrire une fiction à partir des individus eux-mêmes, en s’inspirant de leur propre histoire ; j’ai fait appel à l’auteur-romancier Jérôme Lambert qui a écrit des nouvelles pour chacun des acteurs ; l’écriture de la pièce est ainsi entrée en processus de dialogue avec différentes matières narratives.

Extrait

AUGUSTE :

« Ne crois pas que j’attende quoi que ce soit d’elle. Il s’agit de votre histoire. Qu’Hélène puisse me trouver désirable – que je puisse toucher Hélène – cela me touche beaucoup… Je suis très flatté qu’Hélène soit touchée… Mais il s’agit de votre histoire avant tout. Nous n’avons encore rien fait de mal. Je veux dire… Je respecte votre histoire. Il semblerait qu’Hélène ait des choses à régler avec toi. C’est votre histoire. Cela ne me regarde absolument pas. (Ce n’est pas une situation très confortable…) Ce sont vos histoires ! À vous de les régler… Je t’apprécie – je l’apprécie – je vous apprécie tous les deux. Je n’ai pas à me mêler… L’histoire n’est pas de prendre ta place. Chacun à sa place et les vaches sont –. Pour moi, je suis clair. Je suis absolument clair. Les choses sont comme elles sont – je suis tout à fait clair. »

Dossier de Production

Ecriture/mise en scène : Charles-Eric Petit
Jeu: Guillaume Clausse, Charlotte Daquet, Frank Gazal, Martin Kamoun
Assistant mise en scène : Yann Loric
Son : José Amerveil, Audrey Ruzafa
Lumière: Yann Loric, Emilie Chomel
Scénographie:Gilles Desplanques
Administration de Production: Sabrina Fuchs
Production: Cie l’Individu

Coproduction: Compagnie Chatôt-Vouyoucas-Théâtre Gyptis

Avec le soutien de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier de la DRAC et de la Région PACA, de la Ville de Marseille et du CG13.

Résidence à La Tannerie (Barjols) et à L’Etang des Aulnes – Conseil Général des Bouches du Rhône

En partenariat avec le Théâtre du Petit Matin, La Cité – maison de théâtre, Le Théâtre Les Argonautes et Les Bancs Publics à Marseille, l’Entre-Pont à Nice, La Tannerie à Barjols, Le 909 à Agen, La Casa Conveniente à Lisbonne.

Remerciements : Cie Diphtong, la Cie Ka,  La Criée – Théâtre National Marseille, Théâtre du Gymnase, Théâtre des Salins – Scène nationale de Martigues, Théâtre de la Minoterie, Atelier de sculpture de Claris Garnier.
Vous pouvez découvrir et lire l’intégralité de ce texte en cliquant sur l’onglet « en écriture ».